L’esthétique du rebut, du détritus.

 

L’attention qu’on porte à ce qui n’était pas destiné à la recevoir – grandeur soudaine, révélation – cela aussi existait, cela aussi avait sa part d’être. Contre une civilisation du kleenex – plus d’usage (no longer of any use), donc plus de valeur (no longer of any worth), donc plus d’existence (no longer extant).

 

Ici aussi, éviter les compositions artificielles – les rues sont pleines de ces détritus, pourquoi en amener encore, pourquoi les agencer dans de nouvelles configurations ?

 

Recueillons donc ce que d’autres ont jeté. Il y aurait même place pour une religion du détritus. Jetons un œil sur Futile/Fragile :

 

 

[Liège, printemps 2006]

 

Qui aurait pu agencer aussi savamment, c’est-à-dire avec cet air de ne pas y avoir touché, ce bouton de rose à la tête penchée, agonisante, si longuement étendue, aux feuilles violées, ce ballon dégonflé d’un rose minable, et surtout ce zeste de citron, à l’écart, presque sur le point de tomber hors de cette conque que visite la lumière, et qui se rétracte dans deux fesses de pierre, usées, pathétiques ?

 

Et Bruxelles, tout ce Bruxelles ramassé dans une flaque d’eau, ce Bruxelles gisant à terre, à deux pieds de la Grand Place ? On peut douter un instant, c’est Brussels maybe.

 

 

[Grand Place, Bruxelles, printemps 2006]

 

Le bout de papier en lieu et place de la signature, les hautes lignes des immeubles laissées à trembler, à partager le sort des nuages, qui passent…

 

Ou bien le doute n’est plus possible – la dentelle signe (en anglais, bien sûr, elle est ce lace), tout autant que cette indication à lire à l’envers, Grand Place, c’est Brussels definitely :

 

 

[Grand Place, Bruxelles, printemps 2006]

 

Le photographe se penche, et allez savoir ce qu’il pense de ce Bruxelles à ramasser, de cette ombre qui s’est creusée du pavé dans le reflet, qui a ramené l’horizontal dans ce monde vertical inversé.

Le bout de papier est toujours là ; le photographe l’a laissé se tailler une place dans son corps ; nous sommes tous au service de la photo…

 

See you all next week, folks !

 

Archibald