Il tempietto, c’est le petit temple de Diane dans la Villa Borghese. Il est bon d’y être le matin, l’été la lumière est superbe. La photo s’intitulera tout simplement Un matin, avec toute la portée spécifique et/ou générique de l’article indéfini : un matin tout à fait spécial et unique, un matin si spécial qu’il en devient l’emblème de tous les matins.

[Villa Borghese, Rome, été 2006]

La photo est vraiment desservie par un format réduit ; j’espère que chacun pourra un jour la voir comme elle mérite d’être vue (ou l’a déjà vue et pense que… bon, passons !). J’aime le sombre des fûts dressés, leur ferme assise ; j’aime l’ombre qui serpente sur la façade ; mais par-dessus tout j’aime cette lumière.

Le poème qui parle du Tempietto est lui tout vespéral – la journée a été fatigante ; telle est bien la chasse, quelle qu’en soit la nature…

Rose Églantine
dans les jardins de la Villa Borghèse
fatiguées par la stridence des cigales
je vous assois un instant
au petit temple de Diane

vous revenez bien de la chasse
mais prise qui croyait prendre
Rome a posé ses filets
et sourit dans le soir

 

Pas loin de là… Et toujours le matin, avant qu’il ne s’éveille, et comment ne s’éveille-t-il pas dans une telle lumière, celui qui me donne l’horizontale, l’horizontale de Debout/couché :

 

[Villa Borghese, Rome, été 2006]

 

Ici encore la lumière est souveraine ; voyez comme elle tranche pratiquement la photo en deux, regardez cette tête qui rentre dans la lumière, regardez les plis du sac qui doublent ceux de la colonne, vivez cette opposition vertical/horizontal, ce debout/couché, reposez-vous sur la solidité de cette assise, et puis tournez votre regard vers la lumière encore, celle qui perce les pins parasols, les pini di Roma, et soyez un instant là.

 

Allons, encore une photo à la gloire de la lumière, elle nous servira pour les journées grises ! Il s’agit de Décapitée par la lumière, et le titre dit tout :

 

[Villa Borghese, Rome, été 2006]

 

Wishing you a week full of light, and no heaviness in sight,

 

Archibald